Atelier Houria Tazi

Atelier Houria Tazi

RABAT, MAROC I DESIGN TEXTILE

“J’ai commencé de manière artisanale avec seulement deux machines, mais il ne faut pas le dire (rires)” Houria Tazi. 

Enfant, Houria assiste, émerveillée, aux soirées organisées par son père, Pacha de Rabat. Sa fonction, semblable dans le Maroc des années 1950 à celle d’un ministre des Affaires Étrangères, l’amène à recevoir dans le faste les dignitaires en visite. Sa demeure, le palais Tazi, se transforme alors en lieu d’une rare élégance. 

À partir de l’âge de l’adolescence, lorsqu’elle se trouve à Rabat, Houria contribue à organiser les réceptions, usant de tout son talent pour éblouir les invités de son père. Cultivant un œil et un raffinement extraordinaires, elle se passionne alors pour l’art de vivre et particulièrement pour le linge de maison. Envoyée à Paris, où elle rejoint comme élève Notre-Dame des Oiseaux, Houria fait la découverte des loisirs créatifs. Avec bonheur, elle y expérimente couture, broderie et peinture, et commence dès lors, à son insu, à forger son goût de créatrice. 

Au début des années 1980, la vie de Houria prend un tournant décisif. L’enfant laisse la place à une adulte décidée à rêver éveillée : elle lance un atelier sous son nom, accueillant rapidement des ouvrières aux doigts d’or passées par d’illustres maisons comme Givenchy ou Scherrer. Ce savoir-faire inestimable devient, au fil du temps, inséparable de l’évocation de son atelier.

En effet, il est aujourd’hui un atelier « de mère en fille ». Comme sa maman, et pour parfaire son savoir, Kenza prendra la direction de Paris. L’école Bleue lui enseignera le design, qui viendra enrichir les façons de faire de cet atelier quarantenaire.

Autour de la broderie, l’atelier a depuis étendu son activité artisanale à d’autres techniques comme la peinture et les strass. De cette manière, elle produit un grand nombre d’objets uniques animés d’une âme particulière, et trempés dans une certaine conception de la beauté.

 

Vus récemment